Les Savigny de France et de Suisse

Quand tous les Savigny ne font qu'un

Le village de Savigny a, hier samedi, battu la chamade, avec la présence sur ses terres de vingt-quatre Savigny de France et de Suisse réunis sous le signe du terroir et de l’ami

title
SAVIGNY
De la Manche à la Franche-Comté, des Ardennes au Lyonnais, vingt-quatre Savigny de France et de Suisse se sont tenus dans un mouchoir de poche ; assez à l’aise pour se concocter un repas gastronomique, de l’apéritif au dessert, sans limite de plats. Tout cela avec une brochette de maires ceints de la ceinture tricolore trop contents de poser pour la photo de famille. Leurs administrés dans leurs pas. Comptez quelque trois cent cinquante personnes joyeuses et fières d’ouvrir leurs si belles régions aux populations bien de chez nous.

Le village de Savigny sis dans le canton de Charmes a été, hier, comme on dit, dans ses petits souliers, prêt à en découdre, pour être à la hauteur d’un événement dont on parlera longtemps dans les chaumières. « Cela a été un vrai challenge préparé depuis deux ans », a confié à la foule, depuis la tribune, et sans micro, son maire, Chantal Dechaseaux qui, en 2008, avec son conseil et ses concitoyens, a souhaité redonner une nouvelle dimension à l’adhésion de leur commune à l’amicale des Savigny de France et de Suisse qui en compte vingt-six portant le même patronyme.

A chacun sa spécialité
Une amicale portée depuis vingt-sept ans par Philippe Welsch, un élu de Savigny-sur-Braye, qui est à l’origine de ce regroupement, et en a assuré la pérennité en tant que secrétaire général, mordu et dévoué jusqu’au bout.

Hier, lors du congrès qui s’est déroulé en matinée, il a passé la main. Presqu’au moment où arrivaient, pedibus jambus, sous les applaudissements nourris d’un public en délire, quatorze marcheurs partis, mercredi de leur Savigny-le-Temple sis en Seine-et-Marne et porteurs du défi savignien.

Des Savigny, en veux-tu, en voilà, qui occupent les rues du petit bourg ; lesquels d’un stand à l’autre, s’entendent comme des cousins. Ils n’y ont pas été par quatre chemins, offrant leur terroir à portée de bouche. Bien malin celui qui ne voulait pas succomber à la tentation. On pouvait aussi faire son shopping vitaminé. Comme avec ce comté fruité de Savigny-en-Revermont situé en Saône-et-Loire et auquel on ne résiste pas.

Il en sera de même pour bien d’autres fromages, notons quand même l’époisses, le crottin de Chavignal, le Brie-de-Meaux, et les vins par dizaines qui se dégustent tout simplement. Les Savigniens-en-Maconnais, outre leur vin de Bourgogne, ne cachent pas aussi leur préférence pour « leur sel à l’ail des ours et à l’ortie ». Avec Savigny-sur-Grosne, « la tisane de chat qui tousse » bio est le remède des grands-mères tout trouvé. Tandis que Savigny-en-Terre-Paine revendique son boudin noir et son porcelet grillé. Une promenade des saveurs comme jamais.

logo